Téhéran menaçait hier de fermer le détroit d'Ormuz

le 28.12.2011

 

 

Téhéran menaçait hier de fermer le détroit d'Ormuz

 

 

 Téhéran menaçait hier de fermer le détroit d'Ormuz, qui traverse dont 40 pour cent du pétrole mondial est transporté par voie maritime dans le cas de l'imposition de sanctions à son pétrole, le commandant de la marine iranienne, aujourd'hui, qu'il est «facile» pour les forces armées iraniennes, en moment où l'Union européenne a annoncé son intention d'imposer de nouvelles sanctions et appellent à la France de respecter ses lois relatives à la navigation internationale.

Le commandant de la marine iranienne, l'amiral Habibollah Sayyari, que «la fermeture du détroit est très facile pour les forces armées iraniennes, c'est comme boire un verre d'eau comme on dit en persan».
Dans une interview à une chaîne «Press TV» a souligné Sayyari que «Tout le monde sait détroit combien important et stratégique d'Ormuz, qui est sous le contrôle de la République islamique d'Iran parfaitement» at-il dit, ajoutant que «aujourd'hui n'est pas nécessaire de fermer le détroit, car nous contrôlons la mer d'Oman et l'on peut contrôler le trafic» marins et d'huile.
La planète «nous cherchons à apporter la sécurité et la stabilité dans la région, et ces manoeuvres dans la région est conscient qu'il (nos capacités militaires) peuvent continuer à passer par le détroit».
La marine iranienne a commencé, samedi dernier, un des exercices militaires navals pour dix jours dans le voisinage du détroit d'Ormuz, un étroit corridor n'a pas actuellement excéder 50 km et une profondeur de 60 mètres.
Dans ce contexte, un porte-parole de la secrétaire d'État de l'Union européenne, Catherine Ashton, Michael Mann, aujourd'hui, que «l'Union européenne envisage d'imposer une nouvelle série de sanctions contre l'Iran ne renoncera pas à cette idée».
Mann a estimé que la décision au sujet d'un lot de nouvelles possibilités de sanctions contre Téhéran ne peut être prise à la prochaine réunion des ministres européens des Affaires étrangères en Janvier 30 à Bruxelles.
À son tour, a appelé la France, aujourd'hui, l'Iran à respecter les lois internationales, en particulier en ce qui concerne la navigation dans les eaux internationales et dans le détroit.
Un porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Bernard Valero, a déclaré que «En ce qui concerne les droits humains et la prolifération nucléaire, nous appelons les autorités iraniennes à respecter le droit international et en particulier la liberté de navigation dans les eaux internationales et dans le détroit», soulignant que le détroit d'Ormuz est le «détroit international, ce qui signifie que tous les navires ont le droit de transit en conformité avec les accords de l'»des Nations Unies.
D'autre part, les prix du pétrole, aujourd'hui, une hausse en Asie après les menaces de l'Iran, hier, que le prix du baril «brut léger doux», par le biais du matin échanges, 26 cents pour clôturer à 101,60 dollars, tandis que le Brent a augmenté cents 12 $ à 109,39 dollars.

(AFP, Reuters,