L'Italienne enlevée en Algérie

18/02/2011

 

 

    .

    L'Italienne enlevée en Algérie s'exprime

     

     

    AFP

    L'Italienne enlevée en Algérie le 2 février a indiqué être en vie et aux mains d'al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi) dans un enregistrement audio diffusé ce matin à l'aube par la chaîne de télévision Al-Arabiya basée à Dubaï.

    "Je suis Italienne et j'ai été enlevée le mercredi 2 février en Algérie. Je suis toujours détenue par al-Qaida au Maghreb islamique, bataillon Tarek ibn Zyad. Je demande à Al-Arabiya de bien communiquer cette communication", a déclaré dans un français hésitant l'otage présentée comme Maria Sandra Mariani.

    L'enregistrement débute par la voix d'un homme parlant en arabe et qui déclare: "Nous, al-Qaida au Maghreb islamique, déclarons détenir cette femme depuis le mercredi 2 février et souhaitons qu'elle puisse s'adresser à son chef d'Etat".
    Le 7 février, le directeur de l'agence de tourisme Ténéré a déclaré au quotidien algérien El-Watan, en citant le guide détenu brièvement par les ravisseurs, que les hommes qui avaient enlevé l'Italienne dans le sud algérien à bord de deux 4X4, parlaient "l'arabe mauritanien".

    "Une bande de 13 à 14 hommes armés, parlant un arabe mauritanien, venus à bord de deux 4X4 ont investi les lieux au coucher du soleil, dans la journée de mercredi", avait raconté Ahmed Kheirani, faisant référence à Alidéna, lieu du rapt dans la région saharienne de Tadrart.

    Un chef de tribu du sud algérien avait précisé que les Touaregs du Niger, du Mali et de Mauritanie parlent "tous un même arabe mauritanien, un arabe différent de celui parlé par les Touaregs d'Algérie".

    La touriste, Maria Sandra Mariani, 53 ans, premier Occidental kidnappé depuis 2003 dans cette zone algérienne du Sahel, l'a été à 90 km de la frontière avec le Niger, avait précisé Rome le 4 février.

Les commentaires sont clôturés
×